“Les ménages qui ont des revenus limités se pressent pour demander des prêts afin d‘anticiper les éventuelles hausses de taux, mais les banques se heurtent au taux d'usure et sont dans l’obligation de refuser de plus en plus de dossiers”, commente Cécile Roquelaure, directrice des études chez Empruntis.

La courbe n’en finit plus de grimper. Les taux moyens des crédits proposés par les banques ont une nouvelle fois augmenté au mois de mai, pour atteindre environ 1,5% sur 20 ans, soit une hausse de 0,5 point depuis le début de l’année. “Ce n’est sans doute pas terminé puisque selon nos indicateurs, les taux devraient continuer à augmenter dans les prochaines semaines”.

Cette nouvelle hausse des taux de crédit s’explique principalement par l’augmentation des taux d’intérêts des emprunts de l’Etat français (aussi appelés OAT 10 ans) qui ont atteint 1,5% au début du mois de mai. Il s’agit d’un niveau qui n’avait plus été constaté depuis 2014. 

Tous les voyants sont au rouge : l’OAT 10 ans ne baisse pas et les taux directeurs de la BCE devraient augmenter”. Si les taux de crédit augmentent plus vite que le prochain taux d'usure, qui sera annoncé en juillet prochain, l’effet ciseau pourrait perdurer encore de longues semaines. Une mauvaise nouvelle pour les futurs emprunteurs.